Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 17:19

Le Conseil d’Etat a décidé d’interdire les spectacles de Dieudonné. Un protestant peut-il se satisfaire d’une décision bridant la liberté d’expression ? Car pour un protestant, la liberté de conscience et d’expression est historiquement et existentiellement vitale, constitutive de son être, à l’origine et au socle de sa foi. Précisément parce que la foi est la clef de sa relation avec le Très Haut, qu’elle seule lui permet d’accueillir, recevoir et vivre l’amour de Dieu. Or la foi n’est pas possible sans liberté de conscience et d’expression, Luther l’a éprouvé.

Cette liberté de conscience et d’expression peut-elle connaître cependant des limites ? La loi dit oui. Un médecin a-t-il le droit de refuser de soigner un Juif, par ‘motif de conscience’ ? Non. Heureusement. En matière de sexisme, de racisme ou d’antisémitisme, la loi a même créé un texte spécifique dès 1972. Pourquoi ? Parce que la loi pose une vraie question à la liberté d’expression : « A-t-on le droit de nuire sciemment à autrui ? ». La réponse ne peut être qu’être claire : non. Le racisme, le sexisme et l’antisémitisme nuisent-ils à autrui ? La réponse est aussi claire : oui. Claire, puisque tous trois sont par nature une volonté de stigmatiser et de nuire à un groupe humain, uniquement parce qu’il est ce groupe humain. Amalgamer, rire, se moquer, juger, calomnier, faire plus ou moins explicitement un bouc émissaire des femmes parce qu’elles sont des femmes, des Juifs parce qu’ils sont des Juifs, ou des Noirs parce qu’ils sont des Noirs, est facile, efficace et rassembleur, mais c’est leur nuire. Et là, il ne s’agit plus d’opinions, mais d’un désordre social, dont on sait quelles conséquences il peut avoir et il a.

S’étonne-t-on que le harcèlement moral contre un individu soit interdit ? Il en est exactement de même pour un groupe. La loi n’a donc pas tort de l’interdire et le condamner. Il s’agit ici encore d’un conflit difficile entre deux droits légitimes, respect d’autrui et droit d’expression ; entre le droit de rire, même d’un prophète, et l’interdiction de nuire. Mais le chrétien peut-il hésiter entre son droit personnel et l’amour d’autrui ? Le respect d’autrui, fut-il son ennemi, primera toujours sur l’opinion qu’il s’en fait.

Ajoutons pour le protestant que si la vie collective et donc la loi imposent des limites à la liberté d’expression, elles ne limitent pas la liberté de conscience. Ce n’est pas une personne ni une opinion qui a été interdite, c’est le contenu d’un spectacle. Ne pas avoir le droit de nuire ni de rire d’autrui par ses mots, n’empêche pas de penser ce que l’on veut, fut-ce un désordre mental. Les protestants de l’histoire se souviennent bien qu’ils ont souvent su, du Désert à l’Occupation, garder leur foi et rester protestants, même lorsque cette liberté de conscience leur était refusée.

Oui, la loi a le devoir d’interdire ce qui porte directement atteinte à la liberté d’autrui. Il faut de l’interdit pour défendre la liberté et l’existence de chacun. Calvin, après Paul, et semble-t-il après Jésus, le disait déjà.

10/1/14

Partager cet article

Repost 0
blog jpmorley - dans Humeur
commenter cet article

commentaires