Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 12:35

Nos épreuves sont parfois un peu trop lourdes.

Le Foyer du Picoulet, centre de la Mission Populaire Evangélique (MPE) dans le 11e arrondissement, traverse actuellement de vraies épreuves, une période critique, malgré l'enthousiasme et le dévouement de tant de ses acteurs.

Conflits internes, problèmes administratifs, problèmes financiers, problèmes de personnel, problème de direction, ignorance ou malentendus sur le projet même du Picoulet... Des ruptures, des départs, des activités en question, un manque de bénévoles et jusqu'au chauffage central et l’équipement informatique qui rendent leur tablier à l'entrée de l'hiver...

Une vraie période de vraies difficultés, une vraie épreuve – qu'il traversera !

Car son rôle et sont action sont irremplaçables dans ce quartier.

Au même moment, l'actualité nous apprend que l'Eglise catholique vient de modifier unilatéralement la phrase du notre Père qui parle précisément d'épreuve. Le Vatican vient de décider de remplacer :

« Ne nous soumets pas à la tentation »

Par : « Ne nous laisses pas entrer en tentation ».

Pas la même chose !

Textuellement le Nouveau Testament dit : « Ne nous conduis, ou ne nous pousses pas dans l'épreuve ».

Ne nous pousses pas dans l'épreuve... On pourrait aussi traduire : « Ne nous laisse pas succomber dans la tentation ». Et ne nous laisses pas succomber dans l'épreuve, c'est certainement la prière que le Picoulet, et nous à ses côtés, avons le droit de faire monter jusqu'à Dieu, ces temps-ci !

Mais pourquoi ? Puisque la réalité du Picoulet aujourd'hui, et la nôtre à chacun à telle ou telle période de notre vie, nous montrent combien l'épreuve ou la tentation font partie de la vie, et puisque, aussi, le Notre Père suggère que Dieu n'est pas étranger à ces traversées d'épreuve, il vaut la peine de se poser la question :

Pourquoi faut-il passer par des épreuves ou des tentations ?

Pourquoi Dieu lui-même y joue-t-il un rôle ?

Pour cela, référons-nous au récit de la tentation de Jésus lui-même, au désert (Matthieu 4 : 1 à 11).

Pourquoi, comme le dit l'Evangile de Matthieu à propos de Jésus conduit par l'Esprit au désert pour y être tenté par le diable, et comme le suggère cette phrase du Notre Père, pourquoi Dieu nous pousserait-il vers la tentation ? L'idée paraît impossible, absurde, choquante, perverse même.

A moins que… A moins que cela ne soit la condition pour pouvoir aimer son prochain comme soi-même ! A moins que traverser épreuves, difficultés et tentations ne soit nécessaire pour pouvoir tout simplement comprendre et aimer son prochain... Car comment comprendre, comment aimer, si nous n'avons jamais personnellement traversé une épreuve équivalente ou comparable ?

Comment, par exemple, comprendre la souffrance de qui a perdu un amour, si nous n'avons jamais été déçus ou blessé dans le nôtre ?

Traverser des épreuves est nécessaire, non seulement pour grandir, nous le savons, mais aussi pour comprendre et aimer notre prochain quand, à son tour, il souffre. Non pas que Dieu enverrait méchamment des épreuves ou des obstacles pour voir si nous allons chuter, mais parce que ces épreuves ou tentations font partie de la vie, de la Création, et nous sont indispensables pour aimer nos prochains.

Le Picoulet, par exemple, traverse de vraies épreuves. Mais cela lui permet de savoir dans sa chair ce qu'est la pauvreté, le manque de moyens, de reconnaissance, de pouvoir, la perte des clefs de son propre avenir. Et c'est exactement ce que vit la population à laquelle il s'adresse et apporte sa solidarité.

Encore faut-il ne pas être détruit par l'épreuve que l'on traverse... Et c'est bien cela que nos pouvons entendre dans le Notre Père ; c'est bien cela que nous demandons, et que Jésus nous incite à demander, dans le Notre Père :

Ne nous conduis pas dans une tentation qui nous détruirait, ne nous laisses pas succomber dans l’épreuve.

C'est cela que nous demandons dans le Notre Père.

C'est cela que nous demandons à Dieu.

C'est cela que nous demandons avec angoisse et supplication.

Connaître l'épreuve, pour comprendre notre prochain à aimer… Mais ne pas en être détruit.

Mais quelles sont ces tentations ou ces épreuves qui nous menacent, et menacent peut-être le Picoulet ou notre paroisse ? Jésus le dit à travers ses propres tentations :

  • Transformer les pierres du désert en pains : serait-ce la richesse ?

Pouvoir, au Picoulet ou ailleurs, dans ce quartier qui en aurait souvent besoin, distribuer des repas, des tickets ou paniers-repas, des vêtements, du travail, des savoirs... ?

Mais Jésus répond sèchement au tentateur, et peut-être à nous : « L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sortira de la bouche de Dieu »

Pas seulement du pain, mais les paroles de Dieu...

  • Ou bien se faire porter par les anges aux yeux de tous, depuis le haut du temple de Pentemont : serait-ce le prestige ?

Vivre sur une image passée, un poste phare de la MPE, une paroisse phare à Paris ? La grande paroisse Rive gauche du Luxembourg, avec ses conférenciers et ses pasteurs de prestige, ses foules d'étudiants, son nombre, son aura, son budget... ?

Mais Jésus répond : « Ne provoque pas Dieu, ne cherches pas te mettre à sa place, ne cherches pas à le remplacer ! »

Se confier en Dieu seul, non en ses propres forces…

  • Ou encore, contrôler tous les royaumes du monde : serait-ce la puissance ?

Avoir de l'influence, des liens avec les Mairies ou la Préfecture, les autres associations, les Eglises nationales, la CAF, la presse, le député, et pouvoir obtenir des papiers, organiser une manifestation, influencer la politique, le religieux ou le social dans le quartier, et pourquoi pas au delà ?

Mais Jésus répond : « Tu ne te prosterneras devant aucune autorité, mais devant Dieu seul ».

Servir, non diriger…

Et là pourrait se situer la réponse à la dernière tentation, peut-être, de nos actions généreuses, au Picoulet ou ailleurs. L’ultime tentation : oublier que la raison d'être de la Mission Populaire, du Picoulet, comme de notre communauté de Pentemont-Luxembourg, est de faire vivre, rayonner, et annoncer la foi en Jésus-Christ, dans ce quartier comme ailleurs, auprès de tous ceux qui y viennent ou en bénéficient. Pour leur bien.

Annoncer cet Evangile en actes, comme le Picoulet l'a toujours fait et s'efforce toujours de le faire ; mais aussi en paroles, explicitement. Cela semble souvent difficile aujourd’hui, quel que soit le milieu. Difficile, mais, nous le savons, nullement impossible.

Et qui sait si cette dernière tentation : oublier parfois d'annoncer l'Evangile du Christ de façon explicite, à l'extérieur, dans son quartier, ne serait pas l’une des sources des tribulations actuelles du Picoulet ? Sans critiquer qui que ce soit, cela va de soi, surtout en ces temps difficiles et douloureux pour le Picoulet. En essayant simplement de lire l'Evangile de Matthieu, pour lui demander sa lumière dans nos brouillards.

Mais alors, pensant aux difficultés du Picoulet et retrouvant les paroles de Jésus, nous pourrons dire avec lui :

« Ne nous laisses pas succomber dans l'épreuve, ou la tentation ».

En nous souvenant que dans l'épreuve, surtout dans l'épreuve, Dieu est tout près de nous ;

que si lui, en Christ, a connu et traversé l'épreuve, c'est pour pouvoir être à côté de nous quand nous-mêmes nous y trouvons,

c'est pour comprendre, et souffrir, de ce que nous souffrons,

c'est pour nous aimer encore plus fort quand nous y sommes plongés,

c'est pour nous soutenir et nous porter alors même que nous nous sentons abandonnés et seuls,

c'est pour nous conduire jusqu'à un nouveau matin, alors même que la nuit nous paraît totale et la situation désespérée,

c'est pour nous indiquer des issues alors même que nous n'y voyons désespérément plus clair...

Dieu est là, juste là, à côté de vous, à côté de nous ; à côté de nous tous quand nous traversons l'épreuve.

C'est pour cela que nous pouvons lui parler et le supplier :

« Seigneur, notre Dieu et notre Père, notre Christ, ne nous laisses pas succomber.

D'accord, il nous faut traverser difficultés, épreuves, choix douloureux, ruptures peut-être, tentations en tous genres certainement, mais ne nous laisses pas succomber !

Tu as besoin de nous, et nous avons besoin de Toi ;

nous essayons de suivre ta route et d'écouter ta voix, mais elle est difficile,

et nous l'essayons pour Toi, pour ton Evangile, pour tes enfants d'ici et d'ailleurs.

Alors, nous t'en supplions, ne nous laisses pas succomber à l'épreuve ou la tentation,

délivre-nous du mal,

et donne un avenir à chacun de nous, au Picoulet, à cette communauté, selon ta volonté. »

Et quand nous élevons cette prière à Dieu,

alors le diable renonce, nous laisse,

et vous verrez, les anges interviennent...

Jean-Paul Morley

Culte au Picoulet, 2 décembre 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires