Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 12:34
Déménagés !

Cette fois c'est fait, de Paris Bd Raspail à St Denis - depuis un mois en réalité, mais on était noyés sous les cartons, les choses à trier, à donner, à jeter, à ranger... on y est presque, et, oui, nous sommes très bien installés, au dessus du canal (photo), un appartement sympa qui nous accueille avec nos deux bureaux.

De Paris rive gauche - ce n'était pas rien, 10 années merveilleuses et passionnantes - à St Denis la mal considérée - les yeux de ceux et celles à qui nous annonçons notre nouvelle adresse...! Et pourtant la si accueillante, si vivante, si diverse St Denis, si bariolée aux relations si détendues. Vous doutez ? Ecoutez donc Grand corps malade quand il chante "Saint Denis", sa ville, vous en aurez les larmes aux yeux !

Ma fenêtre et nos balcons...

Ma fenêtre et nos balcons...

Dans notre nouvel appartement à St Denis, mon bureau est juste devant la fenêtre, qui donne sur le canal. Le canal, c’est de l’eau, c’est vivant, ça vit. Et puis il y a les oiseaux, qui nagent et surtout qui volent : des mouettes, des merles, des pigeons, une mésange, des canards col-vert et des canards sauvages, qui passent en formation. Et même, une fois, un vol d’oies en forme de V… Superbes !

On se moque volontiers des oies, si lourdes, si pataudes quand elles marchent, et surtout si bêtes, avec leur esprit grégaire et cette manie de toujours se suivre sans réfléchir… Même en volant, elles se suivent. Mais savez-vous que lorsqu’elles volent ensemble, elles provoquent avec leurs grandes ailes des courants… d’air, qui portent celles qui les suivent. Ainsi, en volant en formation, elles économisent plus de 70% d’énergie ! C’est cela qui leur permet de voler des journées entières sans s’arrêter et de parcourir des milliers de km… Quand la première est fatiguée, elle rentre dans la formation et une autre prend la tête, encouragée par les cris des autres.

Et lorsque l’une d’entre elles est malade ou blessée, et doit se poser, deux autres l’accompagnent et restent avec elles jusqu’à ce qu’elles soient guérie, ou qu’elle meure – puis elles repartent et rejoignent un autre groupe ou le leur.

Quelle solidarité ! Quelle intelligence et quelle entraide, chez ces bêtes si bêtes !  Finalement pas si bête, l’instinct grégaire…

Nous devrions peut-être en prendre de la graine ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires