Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 18:03

 

Le protestantisme, s’est battu dès le XIXème siècle pour la laïcité.

Celle que les protestants ont voulue, promue et  dans laquelle ils se reconnaissent, a été officialisée en 1905.

Or que dit cette laïcité à la française ? Que l'Etat ne reconnaît ni ne privilégie aucune religion, mais qu'il les protège toutes et défend la liberté de conscience de chacun. Mais dans le cadre de la loi commune. Respect et protection de chacun, mais dans le cadre de la loi.

Or que dit la loi en France? Que tous les animaux abattus pour être consommés doivent être étourdis ou assommés avant d'être tués. Pour leur éviter une souffrance et une angoisse inutiles. Autant dire qu'égorger un animal est interdit. Mais on a laissé des exceptions, pour la viande kasher, puis halal. Ensuite, autant par commodité que par économie, on a élargi le nombre d’animaux égorgés, dont on vend la viande sans indiquer qu’elle vient d’animaux égorgés vifs. J'ignore les chiffres, peu importe. Mais ce n'est plus la loi commune, ni cette laïcité qui permet de faire cohabiter toutes les religions en France.

 

Les représentants de l'islam et du judaïsme défendent l’abattage rituel par égorgement : « On touche là à un principe fondamental de notre religion ».

N’est-ce pas à nous, croyants, de leur dire fraternellement : « Non, ce n'est pas vrai. Egorger un animal conscient plutôt qu’assommé, ce n'est pas un principe fondamental de votre religion, c'est juste une coutume. Elle est archaïque. Et hors la loi. N'avez-vous pas déjà abandonné d'autres coutumes anciennes, comme circoncire avec un silex ? Ou sacrifier et brûler des animaux « de bonne odeur à Dieu » ?

 

Avons-nous le droit de poser cette question à un croyant d'une autre religion ? Ou est-ce manquer de respect pour sa croyance ? Et sommes-nous autorisés à nous parler entre croyants, à nous dire les uns aux autres ce qui nous semble décalé ? Et par exemple de ne pas se battre pour des pratiques archaïques qui, nous le savons tous, n'ont pas vraiment à voir avec la foi elle-même, qui se situe dans le cœur. Surtout quand ces pratiques sont cruelles pour nos frères en création que sont les animaux.

           

Est-ce grave ? Cela ne semble pas. Et pourtant si : il ne faut pas céder sur la loi. Parce que si on cède sur la loi au nom du respect des croyances de chaque groupe religieux, alors il n'y a aucune raison de ne pas autoriser la répudiation des épouses par leur mari, ni de ne pas autoriser le port d’une capuche noire avec une petite grille devant les yeux pour toutes les femmes de telle ou telle religion. Ce n'est pas possible. Parce que les droits de la personne sont plus importants que le respect des traditions, mêmes religieuses. Cela, les chrétiens le lisent dans le premier chapitre de la Bible où Dieu créa l'être humain à son image. « Homme et femme il les créa ». Ce qui signifie que tout être humain, homme ou femme, est image de Dieu, et donc que les droits de la personne l'emportent sur les coutumes, quelles qu'elles soient.

 

Je ne voudrais pas être accusé d’antisémitisme ou d’islamophobie. Ce serait faux. Et très injuste : j’ai toujours eu un très grand respect pour la foi de ces deux grandes religions, tant qu’elles ne sont pas dénaturées par leurs extrémistes – comme la foi chrétienne peut être dénaturée par des extrémistes protestants en Amérique ou ailleurs. Mais je crois que nous avons tout à gagner à nous dire ce qui nous paraît décalé ou déformé dans la pratique de l’autre, parce que nous croyons tous en un Dieu aimant, juste, miséricordieux qui veut le bien de ses enfants. Et aussi celui des animaux, ses autres créatures, dont Il dit que leur création fut bonne !

Partager cet article

Repost 0
blog jpmorley - dans Humeur
commenter cet article

commentaires